www.jodelle.pleindepages.fr

Jodie5.png

Mercredi 17 octobre 2018

Accueil

Nouvelles

Bonnes adresses

Boîte à outils

Photos

VidéoPoésie

Le comptoir

Livre d'Or

 

Admin

Histoires courtes

La mort sur devis

Des joies simples

Calendrier

LunMarMerJeuVenSamDim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4

Sondage

Faut-il que les convives ?

Oui, car les complaisantes

Bof, mais il faut que les conserves

Je n'ai pas compris...

Résultats

NewsLetter

Inscrivez-vous pour avoir des nouvelles de ce site.

Votre adresse email :

Se désabonner

Sonnet pour ne rien dire

  • Sonnet pour ne rien dire

J’ai voulu aborder la rigueur du sonnet et me suis adressée à un poète d'ILV pour avoir des pistes d’étude de cette forme. Il m’a conseillé des liens pour étude et je lui ai demandé s’il voulait bien vérifier mon essai de composition.
Mais, voilà, l’inspiration manquait pour créer ce sonnet.
J’ai pris le parti de composer uniquement pour la forme et appeler l’attention du correcteur.
Le sonnet pour ne rien dire est né ainsi, validé par Bernard de cette réponse qui me fait toujours autant sourire :
« Bravo ! Maintenant que vous savez pédaler, vous pouvez faire du vélo. »

Sonnet pour ne rien dire


Ô maître, me voici, soumettant ma tirade
À votre jugement sagace et entendu ;
Ma muse en son congé a mon idée perdu,
De ma peine médire en sera la parade.

A rien ne me résous sinon cette bravade
De mots entremêlés en verset prétendu ;
La longueur des nuitées rend cet ouvrage ardu :
Flâner sur le néant n’est pas une ballade.

Le défi me tentait, coupable soumission
Aux règles établies de ma prédilection,
Je ne sais si cela concourt à ma défense.

Finalement le blanc à ma page est seyant ;
C’est mon premier sonnet, pardonnez mon offense !
Je le livre au procès sous votre ½il clairvoyant.



Une idée a germé alors dans mon esprit, aussitôt mise en pratique : faire appel au jugement des lecteurs en leur permettant de prononcer une sentence envers ce trublion de sonnet pour décider de son sort final.

Or donc, voici l’appel qui fut lancé au lectorat Ilvien le 10 mars de l’an de grâce 2009 :

Pendant que les ½uvres à une page sont encore publiables, je profite de cette possibilité pour jouer mon joker avec ce sonnet car j’ai besoin de votre aide, amis(es) ILViens !

Voilà le sujet : composé pour le plaisir de l’exercice, je ne sais pas quoi faire de ce sonnet, d’où mon appel à vos votes pour décider de son sort…

Plusieurs solutions s’offrent à vous et je vous invite à utiliser les commentaires pour poster votre vote :

1 – Vous souhaitez le voir figurer dans un de mes recueils, et dans ce cas là, lequel : voici la liste des ouvrages en cours :
a) Le miroir sans tain – les reflets amoureux
b) Le miroir sans tain – les reflets savoureux
c) Le miroir sans tain – les reflets vagabonds
d) Les reflets à vif

2 - Je dois créer un nouveau recueil (Alors là, c’est le suspens !)

3 – Vous me conseillez de le retirer définitivement de la publication et de le remettre dans son tiroir. (Adieu monde cruel, Arrgh !)

Vous êtes seuls juges, prenez ceci comme un jeu mais soyez francs et faites circuler l’info, SVP !
Je procéderai au « dépouillement » et à la comptabilité des votes le 1er avril 2009. (histoire de changer du poisson traditionnel !)
A vos claviers : VOTEZ !
…et d’avance : merci de votre aide.


Tout au long du scrutin, j’ai pu recevoir des conseils avisés qui m’ont permis d’améliorer ce sonnet dans les règles de la prosodie et d’en ajuster le sens des vers.
Ce fut l’occasion d’échanges avec des auteurs inconnus qui m’ont définitivement convaincue de poursuivre dans la voie de la poésie.
Je salue particulièrement Bambou qui fut d’une aide précieuse et avec laquelle j’ai toujours plaisir à échanger. C’est une technicienne avertie avec un œil de lynx ! ;-)
Des amitiés sont nées grâce à ce texte et cela fait partie des petites grâces de la toile qui peuvent vous saisir au détour des messages échangés.

Le 1er avril, je procédai au dépouillement final, à découvrir dans le texte ci-dessous.

Dépouillement final


Je clos enfin le jeu auprès de vous lancé,
Vos suffrages postés ont fait la décision.
À la majorité, parfois en dérision,
Ils ont formé le v½u d’un recueil de sonnets.

Je respecte l’usage, en prenant fait et cause,
Et réfléchis déjà à sa forme future ;
Son titre sonnera début d’une aventure
Mais point de badinage, un fond sera ma clause.

Longtemps je garderai souvenir de l’aîné
Composé par essai, vous l’avez salué ;
Par là même j’ai pu découvrir des amis.

Ainsi dès qu’il aura un ou deux petits frères
Son assise pourra être pierre primaire
D’un grimoire pansu d’alexandrins promis.


Un nouveau recueil est encore à l'étude, où d’autres sonnets côtoieront diverses formes classiques sur lesquelles je travaille actuellement, telles la villanelle ou le rondeau par exemple.

Dernière modification le : 26/11/2011 @ 18:57
Catégorie : Poésie

Spécial

À découvrir aux éditions Atramenta :

Variations d'auteurs sur un défi.

Mon site vous ennuie ?
Passez donc voir les copains :

Brume d'Argent
Claude Attard
Dance eJost
FredLeBorgne
Idmuse
L'INstINctiVIsmE
Mysouris
Quetzalcoatl
Thierry Mulot


Infos site

Webmaster :
Jodelle

Envoyer un message

Site activé le 29/11/2009
Déjà 195679 visitesEn ligne :
Haut
Site créé avec Phortail 2.0.9 PHP version 5.2.17